Articles avec le tag ‘tire lait électrique’

PostHeaderIcon L’allaitement maternel ne connaît pas la crise !

Alors que les fêtes de Noël viennent a peine de s’achever, et que le réveillon de nouvel an approche, force est de constater que nous sommes toujours en période de crise. MAIS, dans ce contexte de fortes tensions économiques, de déficit croissant de la sécurité sociale, il reste une bonne nouvelle : l’allaitement maternel ne nous coûte rien, ou presque. Et peut rapporter beaucoup.

Trop souvent, nous avons tendance à penser que ce qui nous coûte peu (d’argent) n’a que peu de valeur. C’est cette même logique qui va nous amener à acheter des produits de luxe (moi la première si je le pouvais!) ou onéreux avec la pensée induite que plus c’est cher et mieux c’est ! MAIS lorsqu’on parle d’allaitement maternel, c’est très diffèrent car la valeur est inversement proportionnelle au coût !

Certaines familles peuvent ainsi avoir l’impression qu’elles vont offrir ce qu’il y a de mieux à leur enfant si elles achètent du lait en poudre qu’elles paient le prix fort. Pour elles, c’est un tel sacrifice financier que le bénéfice pour leur bébé en est forcément meilleur. On note d’ailleurs que l’allaitement maternel est très peu répandu dans les catégories socio professionnelles moins favorisées, est-ce une simple coïncidence ?

Je ne dispose malheureusement pas de statistiques suffisamment récentes, mais différentes études montrent que plus le niveau d’étude augmente, plus les femmes tendent à allaiter. Et lorsque le conjoint est cadre supérieur, les deux tiers des femmes allaitent, alors qu’elles ne sont que 53 % lorsqu’il est employé, et à peine la moitié lorsqu’il est ouvrier (Séverine Gojard, chercheuse a l’INRA, L’allaitement ; une pratique socialement différenciée)

Seulement, il est vrai que lorsqu’on est enceinte ou jeune maman, c’est tellement difficile de ne pas se laisser influencer par toutes ces initiatives marketing. Pour avoir étudié le sujet lors de mes études en école de commerce, j’ai une « vague » compréhension de ces mécanismes de manipulation.

Prenons l’exemple d’une femme qui passe par la maternité, et va recevoir la fameuse « boite rose » qui contient échantillons, pubs, code de réductions etc… La jeune maman, heureuse de ce cadeau, ne mesure pas toujours la contrepartie recherchée par les marques qui souhaitent avant tout l’attirer et la fidéliser. De la même manière, les newsletters de Doctissimo envoyées aux femmes enceintes affichent un partenariat avec le lait Gallia (Bledina).

Idem pour le site Magic Maman (recommandé sur la boite rose d’ailleurs!) que j’adore pour son contenu pertinent et ses supers articles, notamment sur l’allaitement. Mais je déplore que la partie consacrée à l’allaitement maternel soit ensevelie sous les pubs Nestlé ou Bledina. Pourquoi ne pas les remplacer par des pubs mieux contextualisées, en rapport avec les accessoires ou vêtements d’allaitement par exemple ?

On peut vraiment s’interroger et se demander dans quelle mesure nous encourageons les femmes à allaiter en France. Ou a consommer toujours plus? Biensur, chaque maman est libre d’allaiter ou non, selon sa volonté. Mais il faut tout de même reconnaître que les incitations pour donner du lait en poudre sont nombreuses malgré tout. Et surtout a la maternité, car les enjeux économiques sont considérables pour les fabricants de laits infantiles, qui n’ont aucun intérêt a ce que les mamans allaitent !

BREF, pour en revenir au coût concret de l’allaitement, il est plutôt faible bien qu’il varie selon la durée et les désirs de la maman. Voici un aperçu des dépenses qui peuvent être a prévoir (non exhaustif) :
– légère augmentation de l’alimentation maternelle, assez difficile a chiffrer…
– coussinets d’allaitement : le prix varie selon la marque, mais pour des coussinets jetables, comptez 7,50 euros les 30 (Dodie), 7 euros les 70 (Thermobaby via Cdiscount), 7 euros les 30 (Avent, par Philips).
– des soutiens gorges d’allaitement : a partir de 15/20 euros chez Carrefour
– un tire lait : il existe le manuel et l’électrique. Le manuel, à votre charge coûte aux alentours de 30 euros pour un premier prix. Il semble que le modèle Avent (environ 60 euros) ait beaucoup de succès auprès des mamans. Autre option, plus économique, la location d’un tire lait électrique (sur ordonnance) remboursé intégralement par la sécurité sociale (65%) et la mutuelle (35%), quelle que soit la durée de l’allaitement
– une crème pour les crevasses (oui ça peut arriver !) : Lansinoh crème, 10 euros le tube de 10g, 18 euros le tube de 56g. En général, un tube suffit pour toute la durée de l’allaitement
– éventuellement des coques d’allaitement (évitent la macération des coussinets dans certains cas, notamment les problèmes de crevasses) : Avent, 15 euros les deux
– des vêtements adaptés à l’allaitement peuvent s’avérer utiles afin de ne pas avoir à dévoiler le sein complètement pour nourrir son bout de chou. La aussi, inutile d’en faire des tonnes : si il est vrai qu’on a toutes envie d’être jolie et sexy même lorsqu’on allaite, la robe d’allaitement a 100 euros peut relever un peu du superflu. Sauf pour les plus favorisées d’entre nous, pour un petit coup de cœur exceptionnel, ou encore un cadeau du papa…
Pour les plus coquettes ou pour se faire un petit plaisir, consultez : http://www.enviedefraises.fr/45-vetements-allaitement?n=1000
Sinon, la ligne maternité H&M comporte des tenues spécifiques a l’allaitement et très abordables, ca fera très bien l’affaire!

Maintenant, vous savez a quoi vous attendre si vous désirez allaiter. Un budget de 150 euros sur 6 mois semble réaliste. Et encore, il est possible de le diminuer si vous vous montrez raisonnable

Quant aux dépenses à prévoir pour un enfant nourri au biberon, elles sont bien plus conséquentes :
– achat de boites de laits infantiles : 160 variétés dont 50 spécifiques au 1er âge. Une boite de 900g Gallia (de Bledina) coûte en moyenne 18 euros. Une boite de 800g Guigoz de Nestlé coute environ 20 euros. Sachant qu’une boite se conserve au maximum 3 semaines après ouverture, considérons une moyenne de 2 boites achetées par mois. Soit un total avoisinant 216 a 240 euros, selon la marque, Bledina ou Nestlé, durant 6 mois. Ces chiffres sont très conservateurs. Surtout que les parents ont souvent tendance à préparer de trop grandes quantités de lait de peur que l’enfant n’en manque. Mais le résultat est que le lait ne se conserve pas bien une fois reconstitué et si le bébé n’a plus faim, ça finit à la poubelle… On estime donc que l’enfant consomme réellement 70 a 80% des biberons préparés. Il est également habituel que les parents achètent différentes marques de lait avant de trouver celle qui convient le mieux à leur bébé. Et dans le cas d’allergies ou coliques, il peut s’avérer nécessaire de choisir des laits spécialisés ou médicaux, encore plus onéreux.
– biberons, tétines : 19 euros les 3 biberons, 5 euros les 2 tétines (Dodie), 21 euros les 3 biberons (Avent de Philips)
– eau minérale : 3 euros les 6 bouteilles d’evian (6X1,5 L)
– stérilisateur : a partir de 25 euros (Babymoov), 60 euros (Tefal)
– chauffe biberon : a partir de 27 euros (Thermobaby), 50 euros (Avent, Philips)

Soit un budget approximatif de 350 euros a prévoir sur une durée de 6 mois, au minimum. A cela s’ajoute évidemment les dépenses de santé, car il est prouvé qu’un enfant allaité est moins souvent malade et donc moins hospitalisé.

Mais je vais rester prudente et je préfère ne pas avancer trop de chiffres car malheureusement les rares comparaisons que j’ai pu trouver sur le coût de l’allaitement versus l’alimentation au lait infantile sont trop anciennes.

Ce dont je suis certaine, c’est qu’en cette période de crise, l’économie réalisée grâce à l’allaitement n’est vraiment pas négligeable ! Et pour le petit coup de gueule du jour : arrêtons de faire culpabiliser les parents en leur faisant croire que si ils ne dépensent pas une fortune pour leurs bambins, c’est qu’ils ne sont pas a la hauteur.

PostHeaderIcon Maman allaite & maman travaille. La pratique !

On a vu la théorie dans le dernier article « Maman Allaite et Maman Travaille. Et pourquoi pas ? » , passons maintenant à la pratique si vous le voulez bien. Et la, je préfère vous prévenir, c’est le b*****… Pardonnez moi l’expression mais il vaut mieux rester honnête, ca reste compliqué de tout mener de front pour une femme: notamment le travail et l’allaitement.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, revenons en au point de départ : les galères de l’allaitement avec mon fils (premier enfant). Il faut dire que j’avais déjà été un peu fragilisée par l’accouchement (je devrais plutôt dire la césarienne) et les semaines qui ont suivi ont vraiment été dures a gérer. Rien de grave, mais pour commencer, allaiter après une césarienne ce n’est pas le plus facile. Je ne conteste pas que l’allaitement est naturel, mais ca reste un mécanisme complexe à mettre en place pour certaines d’entre nous. Je crois que c’est important de le reconnaître. Vous pouvez d’ailleurs consulter cet article médical posté sur le blog il y a quelques temps, très instructif : L’allaitement maternel, un véritable challenge après une césarienne !J’ai en effet eu tout un tas de difficultés dans mon allaitement, comme de nombreuses femmes (vous vous reconnaitrez peut-être) : douleurs lors de la montée de lait, crevasses liées a une mauvaise position du bébé au départ (le cataplasme a base de Smecta et Bepanthene a très bien fonctionné !), mauvaise gestion des pics de croissance du bébé dont je ne comprenais pas les hurlements, des douleurs au sein effroyables dues a une candidose des mamelons qui tardait a guérir, les coliques du nourrisson et reflux qui engendraient des pleurs permanents du bébé …. Bref, panique a bord avec tout un tas de personnes bien intentionnées autour de moi pour me dire ce que j’avais a faire (grrr je déteste ca !), et qui se sont toutes improvisées expertes de l’allaitement. Sous prétexte que la voisine d’un tel ou d’une telle qui était infirmière était amie avec une femme dont le lait n’était pas assez nourrissant, bla bla bla , j’aurai du tout arrêter et donner le biberon. Cherchez l’erreur… Mais même si je ne savais plus comment parvenir à un allaitement serein, je n’étais pas prête à arrêter et renoncer a tous mes efforts si facilement. Il faut dire qu’après la naissance d’un enfant, on peut se sentir un peu dépassée par les évènements, avec un certaine fragilité émotionnelle, ou une sorte de vulnérabilité plutôt… merci les hormones… Ce n’est généralement pas la période la plus favorable pour avoir confiance en soi. Mais finalement, avec le soutien d’un certain nombre de gens (sages femmes, pédiatre, consultante en lactation, sans oublier mon conjoint biensur) j’ai réussi à avancer. Internet m’a aussi beaucoup aidé à rechercher les infos dont j’avais besoin, une vraie mine d’or même si il faut faire le tri… surtout sur un sujet comme l’allaitement dont regorgent les forums féminins.

Maintenant que vous connaissez un peu le contexte de mon allaitement, petit zoom sur ma vie active. J’ai vécu a l’étranger durant les sept premiers mois de ma grossesse, et a mon retour en France, j’ai conservé mon poste que j’ai rapatrié de l’étranger : responsable commerciale dans une start up des nouvelles technologies. Une petite entreprise d’une quinzaine de personnes, dont j’étais la seule représentante en France et en Europe. Il était donc convenu que je reprendrai mon poste et mes responsabilités au terme de mon congé maternité.

Seulement voilà, tout a commencé un samedi après-midi. Mon bébé avait environ 2 mois et je n’avais toujours pas réussi à stabiliser mon allaitement comme je vous l’ai expliqué précédemment (oui je sais, pas très douée la fille). Mon père et ma grand mère étaient venus du Pole Nord de Nancy pour m’aider avec le bébé, mon conjoint étant absent durant plusieurs jours a ce moment la. C’est alors que j’ai reçu un email de mon employeur, le big boss, me demandant des nouvelles du bébé et par la même occasion si je pouvais me rendre à Barcelone le lendemain pour un congrès qui démarrait le lundi avec des RDV clients très importants. Hmmm, ca va pas non ? Comment dire… « C’est que ça tombe un peu mal puisque j’allaite mon BB et je ne souhaite pas le laisser seul à Marseille pour plusieurs jours. Donc je vous propose un deal : OK, je viens, mais avec mon BB. La blague… Et avec ma famille ». Si si, je vous assure je leur ai réellement dit ça (ou plutôt écrit par mail). Donc là, panique a bord ! Toutes les affaires a préparer dans l’urgence pour partir tôt le lendemain matin. En plus, comme le BB ne faisait pas encore ses nuits, difficile d’avoir les idées claires et la tête au boulot.

Finalement on est arrivés sans trop d’encombres à Barcelone le lendemain. Je vous passe tous les détails logistiques et les galères dans l’organisation… Il était convenu avec mon entreprise qu’ils prenaient en charge financièrement une chambre d’hôtel pour ma famille en plus de celle que je partageais avec le bébé. Ainsi, lorsque je travaillais sur les dossiers pour préparer mes RDV, le BB était avec ma famille qui me le ramenait lorsqu’il avait faim. Ensuite, lorsque j’ai participé aux réunions avec les clients le lundi, ma famille patientait dans la voiture avec le bébé et je m’éclipsais dès que je le pouvais entre deux réunions pour venir l’allaiter quelques minutes. Vous allez me dire que j’aurai pu tirer mon lait, et leur confier les biberons de lait maternel, que ça aurait été certainement plus simple a gérer. C’est vrai. Mais a cette époque, même si j’avais bien récupéré le tire lait électrique (dit aussi magique) Medela, je le trouvais tellement imposant que ça m’avait découragé de m’en approcher (possibilité de le louer gratuitement pour plusieurs mois, sur ordonnance). Et je ne parle pas du tire lait manuel bas de gamme que j’avais acheté auparavant et dont je ne parvenais même pas à me servir. Je crois qu’il y avait aussi un blocage psychologique, le côté « mammifère » qui me déplaisait un peu. BREF, j’étais réticente à tirer mon lait à cette époque.

Mais j’ai changé d’avis. Très vite. Lorsque j’ai officiellement repris le travail, j’ai été amenée à me déplacer fréquemment et là, autant le reconnaître, le tire lait est vite devenu incontournable, bien que contraignant. Avec les nombreux allers retours Marseille-Paris, je me suis vite décidée à emmener le tire lait électrique pour simplifier les choses. Mais porter cet engin dans le métro de Paris avec toutes les marches d’escalier, et le bordel ambiant, ce n’est vraiment pas le top. Il tenait bien dans ma valise mais ça pesait une tonne et je ne pouvais rien ajouter d’autre! Même plus de place pour les vêtements. Arrivée chez ma meilleure amie, sa première réaction a la vue de la « bête » fut plutôt perplexe : « mais tu es venue avec une caisse a outils ?… ». Non, juste un tire lait électrique… J’ai finalement décidé de le laisser chez elle afin de ne plus avoir a le transporter systématiquement chaque semaine. Et là, j’ai compris ma douleur : passer une journée entière avec des RDV professionnels, sans tire lait, et avec une forte lactation… Pour la première fois de ma vie, les hommes ne me regardaient plus dans les yeux mais scrutaient mon décolleté, sur le point de faire exploser ma robe. Ça y est, mes propos n’avaient plus aucun intérêt, et en plus ma poitrine était douloureuse comme jamais. Il ne me restait plus qu’à filer dans les toilettes pour essayer de remplacer le tire lait absent et extraire le lait avec mes mains. Quelle joie… Et pourtant j’ai dû continuer ainsi, jusqu’à mon retour à Marseille très tard le soir, même dans les toilettes du TGV… Très glamour. Inutile de préciser que toutes les fois suivantes, je partais systématiquement avec le tire lait manuel, pour ne plus revivre ça. Et lorsque le bébé a eu sept mois, je l’ai sevré complètement, et depuis il est au biberon. Je suis déjà heureuse d’avoir pu prolonger l’allaitement aussi longtemps compte tenu des circonstances.

Mais je comprends que les mamans qui reprennent le travail puissent se sentir découragées de poursuivre l’allaitement. C’est précisément pour cette raison que nous avons mis en place une pétition visant à prolonger le congé maternité. Celles qui le souhaitent pourront ainsi poursuivre leur allaitement en toute sérénité. Pour les autres, qui reprennent le travail plus rapidement (par choix ou nécessité absolue) j’ai une bonne nouvelle a partager avec vous : une étude intéressante parue il y a quelques jours montre que les femmes actives seraient plus épanouies que les femmes au foyer ! plus de détails dans cet article.