Texte visant à expliquer le projet de loi pour l’allongement du congé maternité en France

Tout d’abord un grand merci aux signataires chaque jours plus nombreux. Depuis que nous avons présenté ce projet, nous constatons qu’il soulève un vif débat qui déborde sur les retraites, la question de la femme dans l’entreprise, etc.

Nous avons donc créé une page récapitulatives des différentes remarques et objections (F.A.Q) qui nous ont été faites ces derniers temps à propos de ce projet de rallongement du congé maternité, et nous y répondons.

Aujourd’hui nous comptabilisons 4000 signatures, aidez nous à atteindre l’objectif des 10000. Merci de partager l’information avec vos amis, votre conjoint, vos parents… en transférant ce mail à votre entourage.
Nouveau texte en faveur du rallongement du congé maternité post partum afin de favoriser l’attachement familial et l’allaitement en France, pour ceux qui le souhaitent

Modification du texte original le 03/04/2012

Hormis des facteurs purement personnels, la décision d’allaiter est pour une maman parfois difficile à prendre. Sont souvent en cause un manque d’information et de préparation, accompagné parfois de quelques allégations marketing peu encourageantes surtout lorsqu’elles émanent des producteurs de lait infantile…

Toutefois nous le savons, la difficulté majeure réside dans une reprise du travail que l’on peut qualifier de « trop précoce » pour les mères actives.
Ainsi la lourde perspective de devoir interrompre l’allaitement à peine installé et/ou imposer un sevrage « brutal » conduit beaucoup de mamans à refuser d’emblée l’allaitement.
Le Code du travail comprend pourtant des mesures visant à faciliter la poursuite de l’allaitement. Les mamans peuvent bénéficier en principe d’une heure par jour pour tirer leur lait. L’application de cette mesure est en réalité loin d’être effective dans bien des organisations.

Les recommandations médicales et celles de l’OMS sont claires à ce sujet : l’allaitement exclusif pendant 6 mois est à maintenir.
Alors la question est simple : comment trouver des solutions de prise en charge financière pour que les mamans assurent sereinement cet allaitement exclusif ?

La réponse est pragmatique et simple : elle passe par le rallongement de la durée du congé maternité. D’ailleurs dans un souci d’harmonisation, le Parlement européen propose d’allonger le congé maternité à 20 semaines minimum, entièrement rémunérées, assorties d’un congé paternité de 2 semaines.

Notre proposition est d’aller encore plus loin : allongeons la durée du congé maternité, actuellement de 10 semaines, à 26 semaines.
Le financement de cette durée supplémentaire se ferait par anticipation sur la date de départ à la retraite des mamans qui le souhaitent – ou bien en prenant sur la retraite du conjoint. D’autres modalités sont à l’étude.
Les mamans pourront ainsi consacrer plus de temps à leurs enfants dans leurs premiers mois d’existence à un moment où de grands enfants n’ont plus ce prégnant besoin de présence…

Bien entendu, nous souhaitons que cette mesure puisse favoriser l’allaitement et permettre à certaines de tenter l’aventure.
Pour autant, nous sommes mamans et n’oublions en aucun cas que ce congé devrait bénéficier également à celles qui font le choix d’un biberon donné avec amour.

Pour manifester votre soutien et défendre l’allaitement maternel en France, nous vous remercions de signer cette pétition.
Ancien texte en faveur du rallongement du congé maternité post partum afin de favoriser l’attachement familial et l’allaitement en France, pour ceux qui le souhaitent

Date de création originale 20/12/2011 / 3008 signatures

Nous partons d’un constat simple : plusieurs facteurs peuvent influencer la décision d’une maman d’allaiter ou non son enfant. Notamment le manque d’information et de preparation a l’allaitement avant l’accouchement, les fortes incitations marketing des producteurs de lait infantile, ou encore des motifs trés personnels relatifs au vécu de la maman…

Mais le plus souvent, l’échec de l’allaitement maternel en France est conditionné a une reprise du travail trop précoce pour les mères actives. De ce fait, elles se voient contraintes d’interrompre leur allaitement alors qu’il est à peine installé, et ce dans le meilleur des cas. D’autres mères, elles, ne tenteront pas du tout l’expérience sachant que la reprise et le sevrage n’en seront que plus brutaux. Ces mamans se sentent donc découragées. Bien qu’il existe des mesures prévues par le Code du Travail autorisant les mamans a tirer leur lait sur le lieu de travail, elles sont bien insuffisantes (une heure par jour, habituellement non rémunérée) et loin d’être toujours appliquées.

L’objectif consiste alors a trouver des solutions permettant une prise en charge des mères des la naissance de leur enfant et pour les six mois suivants, afin de permettre un allaitement exclusif, suivant les préconisations de l’OMS et les recommandations médicales. Le parlement européen va dans le même sens et propose d’allonger le congé maternité à 20 semaines minimum, entièrement rémunérées, assorties d’un congé paternité de 2 semaines.

Le congé maternité en France, initialement de dix semaines à partir de la naissance de l’enfant, serait donc rallongé à six mois (vingt six semaines), soit 16 semaines supplémentaires qui seraient financées par anticipation sur la retraite des mères qui le souhaitent. Elles pourront donc opter pour un congé maternité plus long pour se consacrer à leurs enfants et décaler de ce fait leur départ à la retraite de quelques semaines supplémentaires. Rappelons d’ailleurs que depuis le 1er janvier 2012, le congé maternité compte enfin pour le calcul de la retraite.

Si l’objectif du rallongement de ce congé est de favoriser l’allaitement maternel en France, il n’exclut en rien les mamans qui ont fait le choix de donner le biberon et qui en bénéficieront également. Et peut-être même qu’il incitera certaines d’entre elles a tenter l’aventure de l’allaitement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *